mardi 6 juin 2017

Panama Papers : l’OLAF enquête sur des responsables européens


Le bureau de lutte contre la fraude européen enquête sur plusieurs cas de dirigeants européens qui auraient profité des circuits d’évasion fiscale, mais n’en a pas dévoilé les noms. Un article de notre partenaire La Tribune.

Les responsables – dirigeants politiques ou administratifs – figurant parmi les 430.000 personnes citées dans les « Panama Papers » seraient au nombre de dix-sept. C’est ce qui résulte d’une première confrontation de l’immense masse de documents avec 40.000 noms du personnel européen pratiquée par l’OLAF, l’Office européen de lutte contre la fraude.

Selon Wirtschaftswoche, six enquêtes auraient été ouvertes. « D’autres enquêtes pourraient suivre », indique l’hebdomadaire allemand.

« Aucun État membre n’a pratiqué une telle vérification »

Parmi les 40.000 personnes dont le nom a été confronté au fichier géant des Panama Leaks figurent les principaux responsables politiques de la Commission ainsi que des fonctionnaires de haut rang et des prestataires des institutions européennes.

L’identité des personnes incriminées n’a pas été révélée, à l’exception de l’ex-commissaire européenne néerlandaise Neelie Kroes. Pour le site Politico, seules quatre enquêtes sont en cours. Giovanni Kessler, directeur général de l’OLAF, s’est estimé heureux que « si peu de cas » soient signalés. Et d’ajouter qu’à sa connaissance « aucun État membre n’a pratiqué une telle vérification ». L’OLAF n’est pas tenue par un délai d’investigation.

Juncker interpellé sur son passé

Le Parlement européen a créé en juin 2016 une commission d’enquête présidée par le député PPE allemand Werner Langen. Auditionné le 31 mai, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker n’a pas été interpellé par les députés sur les possibles compromissions du personnel des institutions européennes, mais sur son propre rôle passé en tant que Premier ministre et ministre des Finances du Luxembourg.

« Je comprends que vous vouliez en savoir plus sur le passé. Mais, s’il vous plaît, ne mesurez pas ma crédibilité à cette aune. Nous devons mesurer la crédibilité de la Commission sur la base de ce qu’elle fait maintenant », a-t-il répondu aux députés.

« Un monde totalement différent »

Depuis la prise de fonction du Luxembourgeois en 2014, plusieurs propositions émanant de la Commission européenne ont été présentées et parfois adoptées, qui visent à faciliter l’identification des entreprises ou des particuliers fraudeurs.

« Vous devez garder à l’esprit que nous vivions (à l’époque des faits documentés par les Panama Papers) dans un monde totalement différent », a expliqué le chef de l’exécutif.

Source : http://www.euractiv.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire